Affiche concours paragraphe VF-page-001

La première édition du Concours du Plus Beau Paragraphe a été remporté par Jim Gabaret pour un texte reprenant à la perfection le style de Albert Cohen:

« Descendu de cheval, il allait le long des noisetiers et des églantiers, suivi de deux chevaux que le valet d’écurie tenait par les rênes, allait dans les craquements du silence, torse nu sous le soleil de midi, allait et souriait, étrange et princier, sûr d’une victoire. A deux reprises, hier et avant-hier, il avait été lâche et il n’avait pas osé. Aujourd’hui… »

« Aujourd’hui, ses forces ne flancheraient pas. Il ne s’arrêterait pas tremblant, la bouche amère déjà de regrets, sur le bord de la route, hébété de se trouver là, sans plus se ressouvenir de ce qui avait pu motiver sa fuite.
Il ne s’en reviendrait pas en courant par les bois, avant qu’Elle, l’Adorante, la dévorante petite femme, ne trouvât le temps long, au sortir du bain qu’elle aimait pourtant interminable, après leurs promenades quotidiennes qui jadis, quand cette odeur chevaline, s’associant à celle de la paille fumée, suffisait à ravager de désir les amants fous qu’ils avaient été, faisaient le délice de leurs après-midis oisives. Il ne trottinerait pas piteux à travers la grande allée pour rejoindre enfin la lascive, figée dans ses lunettes noires, sur la terrasse océane où en dépit du vent marin, il ferait, une fois de plus, « une mauvaise chaleur », il n’irait plus, avec un rire faux, essuyer d’un baiser machinal la moiteur de son front brûlant de soleil, il ne répondrait plus à ce sourire d’enfant sage, dont le flegme aristocratique excitait autrefois ses goûts de parvenu, lorsqu’elle lui ferait sentir, par un de ses détours affectés, qu’il serait temps d’aller se rafraîchir – le nez froncé pour la millième fois sans qu’elle le sût elle-même.

Aujourd’hui, ces larmes de peur, qu’il avait confondues avec l’âcre morsure du remord, il les refoulerait. A l’entrée des écuries, il remercia le valet, qui salua. Il balaya du regard ces stalles dont le souvenir ne manquait jamais d’irriter sa concupiscence, comme c’était parfois, après les chevaux, sa grande bête d’Amoureuse, à genou dans la paille, qu’il avait là cavalièrement montée. Elle était depuis lors devenue délicate, et lui si compassé, sans que rien n’ait pourtant semblé affecter la douce routine de leur retraite à Sylt… Seul à présent, il s’avança sous le couvert des noyers qui longeaient la propriété, et son sourire à chaque pas enflait, en même temps que sa détermination. Elle pleurerait un peu, c’est certain. Le grand portail d’entrée qui ouvrait sur la baie se rapprochait. Les crissements du gravier, quoique inaudibles depuis la terrasse, l’alertaient. Mais il se sentait prêt. Le souffle court, extatique et rayonnant de gloire, il empoigna les arceaux de l’épais panneau de bois qui lui barrait le chemin, et les tira d’un geste ample.
A sa grande stupeur, la porte résista : elle était fermée à clef. »

_JIM0824